Immobilier: l’offre en logement satisfait la demande

Wednesday 22 September 2010 - 12h31

Zurich (awp/ats) – Malgré une forte immigration ces dernières années, le marché suisse du logement est en mesure de satisfaire la très forte demande, estime le Credit Suisse. En revanche, l’établissement observe un déséquilibre du côté des surfaces commerciales, avec une hausse continue de l’offre.

A l’avenir, le nombre de logements vacants ne devrait guère se modifier, prévoit le Credit Suisse dans son étude « Swiss Issues Immobilier » publiée mercredi. Il n’en reste pas moins que d’importantes différences régionales subsistent, la quête d’un appartement demeurant pour le moins difficile à Genève et dans la région zurichoise.

Ces derniers mois, les baisses des taux hypothécaires ont continué de doper une demande supplémentaire de logements en propriété. Actuellement, il est possible de contracter des hypothèques à des prix qui n’ont jamais été aussi bas depuis 1850. A fin juin, le taux d’intérêt hypothécaire moyen pondéré en fonction du volume a reculé au dernier trimestre et s’élevait à 2,69% pour toutes les créances hypothécaires des banques.

Pour les appartements en propriété, les prix ont fortement grimpé dans les régions touristiques, telles que le Valais, les Grisons et l’Oberland bernois. Ils ont également pris l’ascenseur en l’espace d’un an dans les centres économiques de Zurich et Genève, avec des hausses dépassant les 8%.

Les prix ont tendance à culminer dans les sites de villégiatures huppés des Alpes, comme Verbier (VS) ou St-Moritz (GR), ainsi que dans les communes convoitées en périphérie de Genève et du lac de Zurich. Ces prix peuvent ainsi dépasser 1 million de francs pour un appartement de 4,5 pièces dans 92 communes.

La barre des 800’000 francs est franchie dans 207 communes. A l’inverse, les prix ont stagné dans certaines parties de l’Espace Mitteland, dans l’Arc jurassien, ainsi qu’à Glaris, Appenzell Rhodes-Extérieures et le Toggenburg (SG).

Le secteur de la location est le plus affecté par le ralentissement actuel de l’immigration. La forte activité de construction de logements locatifs, le recul du nombre d’immigrants et leur recherche accrue d’appartements en propriété ainsi que la stagnation du taux hypothécaire de référence ont mis fin à l’augmentation des loyers.

La situation est différente du côté des surfaces commerciales, segment dans lequel l’offre dépasse la demande. Selon de premières données, la plupart des taux d’inoccupation ont tendance à augmenter cette année.

Source: Romandie.com

Votre navigateur ne comprend pas les CSS.

Ne tenez pas compte des éventuelles images qui s'affichent ci-dessous.